Séminaire ISGS France #7

Notre prochain séminaire ISGS France, le 24 juin 2022, toujours en ligne et toujours de 15h à 17h (heure française) sera dédié à des présentations doctorales

 Léa Chevrefils (Université de Rouen) De l’économie structurelle du mouvement : Analyse formelle d’un corpus de langue des signes française – Discutante : Cornelia Muller (Europa-Universität Viadrina – Frankfurt Oder)

 Anaïs Cauna (Aix Marseille Université, LPL, LPL, Ampiric) L’apport des gestes iconiques dans l’apprentissage du vocabulaire en grande section de maternelle (GSM) – Discutante : Aliyah Morgenstern (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Inscription obligatoire pour recevoir le lien avant le séminaire:

https://framaforms.org/isgs-france-seminaire-7-presentations-doctorales-1631518189

Hommage à Jean-Marc Colletta

Notre prochain séminaire en ligne ISGS France sera en hommage à notre regretté collègue Jean-Marc Colletta.

Vendredi 25 mars 2022 – 15h-17h en ligne

Le programme sera diffusé prochainement.
Voici le lien pour vous inscrire au séminaire.
https://framaforms.org/isgs-seminaire-6-hommage-a-jean-marc-colletta-1631518189

N’hésitez pas à relayer ce message sur vos réseaux.

RECENSEMENT DES PUBLICATIONS DE LA COMMUNAUTÉ ISGS FRANCE POUR L’ANNÉE 2021

Pile De Livres En étagère

ARONSSON, K. & MORGENSTERN, A. (2021). “Bravo!”: Co-constructing praise in French family life. Journal of Pragmatics, 173; 1-14. 

BEAUPOIL-HOURDEL, P. (2021). Embodying language complexity : Co-speech gestures between age 3 and 4. In S. Goldin-Meadow & A. Morgenstern (Éds.), Gesture in Language: Development Across the Lifespan (p. 158‑183). American Psychology Association & De Gruyter Mouton.

BEAUPOIL-HOURDEL, P. (2021). Le langage adressé à l’enfant dans des séances d’enseignement d’une L2 en maternelle. Les Cahiers de l’Asdifle, Multimodalité et multisupports pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères (31), 35‑58.

BOLENS, G. (2021). Kinesic Humor: Literature, Embodied Cognition, and the Dynamics of Gesture. New York: Oxford University Press.

BOUILLON, P., DAVID, B., STRASLY, I., & SPECHBACH, H. (2021). A speech translation system for medical dialogue in sign language — questionnaire on user perspective of videos and the use of avatar technology. Proceedings of the 3rd swiss conference on barrier-free communication (BfC 2020) (pp. 46-54). Winterthur: ZHAW Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften. Retrieved from https://archive-ouverte.unige.ch/unige:151996

BOUTET, D., BLONDEL, M., BEAUPOIL-HOURDEL, P., MORGENSTERN, A. (2021). A multimodal and kinesiological approach to the development of negation in signing and non-signing children. Languages and Modalities, 1, 31‑47. https://doi.org/10.3897/lamo.1.68150   https://languagesandmodalities.arphahub.com/article/68150/

CHEVREFILS L, DANET C, DOAN P, THOMAS C, RÉBULARD M, CONTESSE A, DAUPHIN J-F, BIANCHINI CS (2021) The body between meaning and form: kinesiological analysis and typographical representation of movement in Sign Languages. Languages and Modalities 1: 49-63. https://doi.org/10.3897/lamo.1.68149

DEBRAS, C. (2021). How to prepare the video component of the Diachronic Corpus of Political Speeches for multimodal analysis.Research in Corpus Linguistics 9(1), 132–151.

DEBRAS, C. (2021). Multimodal profiles of je (ne) sais pas in spoken French. Journal of Pragmatics, 182, 42-62.

FERRE, G. (2021). Gesture, prosody and verbal content in non-fluent aphasic speech. Multimodal Communication, 10, 73-91.

GOBET, S. (2021). L’écrit Pi Sourd : illusion ou réalité? Le cas du mouvement référentiel dans des textes d’enfants sourds. In E. Dupuy, V. Millogo et M.H. Lay. Continuité référentielle ou le choix des mots :  PUR, 165-184

GOBET, S. (2021). La pré-verbalisation en langue des signes française influence-t-elle la production d’une narration écrite? In R. Nita, A. Brunet, P. Caron, G. Kleiber et M.H. Lay, Cohérence et cohésion textuelles : Lambert-Lucas.

GRIMALDI, M. & PELACHAUD, C. (2021). Generation of Multimodal Behaviors in the Greta platform. ACM International Conference on Intelligent Virtual Agent, 98-100

HOLT, B. (2021). Explaining different aspects of word knowledge: A multimodal analysis of lexical explanation sequences during online French tutoring sessions. Lexis, 18.

KOSMALA, L. (2021). Gestures in fluent and disfluent cycles of speech: what they may tell us about the role of (dis)fluency in L2 discourse. Proceedings of DiSS 2021 – The 10th Workshop on Disfluency in Spontaneous Speech

KOSMALA, L. (2021). On the Specificities of L1 and L2 (Dis)fluencies and the Interactional Multimodal Strategies of L2 Speakers in Tandem Interactions. Journal of Monolingual and Bilingual Speech.

LAPAIRE, J-R. (2021). ‘Reading Physical’: Strategies for Recycling and Performing Woolf’s Works in the English Literature Classroom. In (eds.) Latham, Monica, Marie, Caroline, Rigeade, Anne-Marie, Recycling Woolf, New York, NY / Abingdon, Oxon: Routledge, ISBN 9780367701147.

LAPAIRE, J-R. (2021). Conserver, adapter, transformer : Marcel Jousse à l’épreuve du présent. Transversalités, 157, 49-69

MORGENSTERN, A. (Eds.). (2021). Early pointing gestures. In A. Morgenstern & S. Goldin-Meadow (Eds.), Gesture in language: Development across the lifespan (pp. 47–92). De Gruyter Mouton; American Psychological Association.

MORGENSTERN, A., & GOLDIN-MEADOW, S. (Eds.). (2021). Foreword to gesture in language. In A. Morgenstern & S. Goldin-Meadow (Eds.), Gesture in language: Development across the lifespan (pp. 365–370). De Gruyter Mouton; American Psychological Association.

MORGENSTERN, A., & GOLDIN-MEADOW, S. (Eds.). (2021). Gesture in Language: Development Across the Lifespan. American Psychological Association/Mouton de Gruyter.

MORGENSTERN, A., & GOLDIN-MEADOW, S. (Eds.). (2021). Introduction to gesture in language. In A. Morgenstern & S. Goldin-Meadow (Eds.), Gesture in language: Development across the lifespan (pp. 3–17). De Gruyter Mouton; American Psychological Association.

MORGENSTERN, A., CAET, S., DEBRAS, C., BEAUPOIL-HOURDEL, P, and LE MENE, M. (2021). Children’s socialization to multi-party interactive practices : Who talks to whom about what in family dinners. In Letizia Caronia (ed.) Language and Social Interaction at Home and in School. Amsterdam: John Benjamins, 46-85. 

MORGENSTERN, A., CHEVREFILS, L., BLONDEL, M., VINCENT, C. THOMAS, C., JEGO, J.-F., BOUTET, D. (2021). “Of thee I sing”: an opening to Dominique Boutet’s kinesiological approach to gesture. Languages and Modalities: 1-14. https://languagesandmodalities.arphahub.com/article/68148/

PELACHAUD, C.;  BUSSO, C.; HEYLEN, D. (2021). Multimodal Behavior Modeling for Socially Interactive Agents, in ACM Handbook on Socially Interactive Agents, Vol 1, editors Birgit Lugrin, Catherine Pelachaud, David Traum, ACM, 2021: 259-310.

SALLANDRE, M.-A. & GARCIA, B. (2021).Langue des signes française et linguistique : enjeux actuels. Le français moderne 2021/2, tome 89, 281-292, Edition CILF, numéro coordonné par Philippe Monneret. ⟨halshs-03254137⟩

SALLANDRE, M-A. & Di RENZO, A. (2021).Variations lexicales et invariants structuraux dans des récits de sept langues des signes. In Abdelhak Razky, Marilucia Barros de Oliveira & Alcides Fernandes de Lima (eds.), Estudos Geossociolinguísticos, edição comemorativa de 25 anos, volume 3, Campinas: Pontes, 209-232.

STAM, G. & TELLIER, M. (2021). Gesture Helps Second and Foreign Language Learning and Teaching. In Morgenstern A. & Goldin-Meadow S. (Eds). Gesture in Language: Development Across the Lifespan (pp.336-363). Mouton de Gruyter – APA. 

TELLIER, M. (2021). Ceci est mon corps: le corps de l’enseignant dans la classe. In P. Terrien et N. Olympio (Eds.). La réussite scolaire, universitaire et professionnelle : Conditions, contextes, innovations (pp. 173-193). Aix en Provence: Presses Universitaires de Provence. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03445312

TELLIER, M. (2021). Des enseignants multimodaux en devenir : Recherche, formation et multimodalité. Cahiers de l’ASDIFLE, 31,59-78.

TELLIER, M.,STAM, G. GHIO, A. (2021). Handling Language: How future language teachers adapt their gestures to their interlocutor. Gesture, 20(1), 30-62.https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03445299

TUMMILLO, F. (2021). I gesti culturali come stimoli alla produzione orale: esperienze in classe di italiano L2. Bollettino ITALS (Università Ca’ Foscari, Venezia) n. 90 – sept. 2021, 13 -22. https://www.itals.it/sites/default/files/pdf-bollettino/settembre2021/tummillo.pdf

URSI, B. & ANDRE, V. (2021). Corpus : exploration, médiation et autonomisation. L’utilisation du concordancier de la plateforme FLEURON en cours de FLE. Bulletin suisse de linguistique appliquée, Numéro spécial – été 2021 (vol. 2), 129-148. https://www.vals-asla.ch/fileadmin/user_upload/Journal/Special_vol_2_def_A4.pdf

URSI, B. & BALDAUF-QUILLIATRE, H. (2021).  Toucher les écrans ça s’apprend ! L’étude multimodale des gestes réalisés par des enfants au cours de sessions de jeu sur grande tablette. Bulletin suisse de linguistique appliquée, Numéro spécial – été 2021 (vol. 1), 35-56. https://www.vals-asla.ch/fileadmin/user_upload/Journal/Special_2021_vol_1_def_A4.pdf

URSI, B. (2021).  Le texte programmateur à l’épreuve des pratiques. Une étude interactionnelle de la mobilisation de recettes de cuisine en situation. Langages 221, 91-106.

YUNUS, F.; CLAVEL, C.; PELACHAUD, C. (2021) Sequence-to-Sequence Predictive Model: From Prosody to Communicative Gestures.  International Conference on Human-Computer Interaction HCII, (16), 355-374

Mise en ligne du séminaire d’Annie Risler

Bonjour

Le séminaire ISGS France du 8 octobre 2021 est désormais en ligne.

https://amupod.univ-amu.fr/video/19282-seminaire-isgs-france-annie-risler-la-part-de-la-gestualite-dans-lexpression-en-langue-des-signes/

Pour ce séminaire, Annie Risler, maitresse de conférences à l’Université de Lille, laboratoire STL a présenté la conférence suivante:

La part de la gestualité dans l’expression en langue des signes

Il est aujourd’hui admis que toute personne qui parle vocalement recourt à plusieurs systèmes de signes qui s’expriment dans des modalité différentes  : la parole articulée (le système linguistique d’une langue vocale particulière), mais également les gestes qu’il produit conjointement .
Mais pour les langues signées, où les mêmes articulateurs sont impliqués dans les deux systèmes, qu’en est-il ? On a alors pu se demander :  est-ce que les signeurs gestuent ? Dans la mesure où les langues signées sont des langues à modalité visuo-gestuelle, y a-t-il encore des gestes ?
Kendon (2008, ‘Gest and Sign’) va montrer que la question est mal posée, car elle soulève de nombreuses autres questions, en particulier de terminologie, car tout dépend de ce qu’on appelle un geste, un signe. Kendon encourage plutôt à se demander : Pourquoi et surtout comment distinguer les gestes qui relèvent de la gestualité, et les gestes dont la trace visible constitue un signifiant linguistique ?

qrcode
Vous pouvez aussi y accéder via ce QR code

Séminaire ISGS France #5

Notre prochain séminaire en ligne aura lieu le

Vendredi 11 février 2022 de 15h à 17h (heure française).
Nous aurons le plaisir d’entendre Guillemette Bolens de l’université de Genève

https://www.unige.ch/lettres/angle/fr/collaborateurs/medieval/bolens/

Comment décrire les gestes ? L’analyse kinésique en art et en littérature

La cognition motrice permet de comprendre les mouvements d’autrui avec une grande efficacité. Nous sommes capables de comprendre la configuration et la dynamique d’un nouveau geste en quelques secondes au point de pouvoir le reproduire avec précision—même si, dans le cas d’un geste lexicalisé, son sens reste inconnu. En revanche, au moment de décrire ce geste verbalement, tout devient plus compliqué et plus lent. Selon le niveau de complexité du geste, il arrive souvent de devoir tout simplement renoncer, alors que son imitation ne posait pas de problème. Ce genre de difficultés pose la question de la relation entre gestes et langage verbal. Pour réfléchir à cette relation complexe, la littérature et le cinéma offrent des pistes intéressantes. Nous prêterons une attention particulière aux gestes du torse (par ex. salut par inclinaison du torse) chez Marcel Proust pour la littérature, Chaplin et Tati pour le cinéma. Nous verrons comment ces différents artistes savent exploiter notre cognition motrice en activant les fondements multimodaux de l’accès au langage verbal.

Lien pour s’inscrire au séminaire (et pour recevoir le lien zoom quelques jours avant) https://framaforms.org/isgs-seminaire-5-1635950324

Appel à communiquer – Les tropes multimodaux dans les discours contemporains

Le Centre d’Études Linguistiques – Corpus, Discours et Sociétés organise un colloque international sur les tropes multimodaux dans les corpus contemporains à l’Université Jean Moulin Lyon 3 les 19, 20 et 21 mai 2022.

La multimodalité est une discipline en plein essor (Forceville, 2019) qui englobe à présent la théorie de la métaphore et de la métonymie conceptuelle (CMMT). Les modes comprennent, au minimum, les éléments suivants : (1) signes picturaux ; (2) signes écrits ; (3) signes parlés ; (4) gestes ; (5) sons ; (6) musique ; (7) odeurs ; (8) goûts ; (9) toucher (Forceville, 2009 : 23). Les métaphores monomodales ont été largement étudiées, ouvrant la voie à la recherche multimodale initialement fondée sur les seules métaphores et métonymies. À l’occasion de cette conférence, d’autres tropes peuvent être étudiés tels que l’hyperbole, l’ironie, l’allégorie, l’oxymore, etc., car nous n’usons pas seulement de métaphores dans la vie quotidienne.

Ainsi, les communications se concentreront sur les sujets suivants (entre autres) : l’interaction des modes, l’interprétation des tropes multimodaux, leurs fonctions et/ou effets et l’identification de modèles.

Tout type de corpus ou de support est le bienvenu (discours politique, films, bandes dessinées, logos, musique, matériel didactique, etc.) tant que l’analyse se fonde sur un corpus et se concentre sur le discours contemporain. Les communications peuvent traiter de toutes les langues et les chercheurs de diverses disciplines sont invités à soumettre leur proposition ici.

Invité d’honneur :
Pr. Charles FORCEVILLE
Université d’Amsterdam

Dates clés :

  • 15 octobre 2021 : date limite de soumission des résumés et des mots-clés (1500-3000 caractères, espaces compris, bibliographie sélectionnée non incluse).
  • Fin novembre 2021 : notification de l’acceptation par le comité scientifique
  • 19-21 mai 2022 : conférence

Appel à communications

Selon Forceville (2019), l’ouverture de la théorie de la métaphore et de la métonymie conceptuelle vers d’autres domaines est une excellente nouvelle pour plusieurs raisons, notamment l’essor de la multimodalité en tant que discipline. Forceville (2009 : 23) définit les métaphores monomodales comme des métaphores dont la cible et la source sont exclusivement ou principalement rendues par le biais d’un seul mode. Ces métaphores monomodales ont été largement étudiées, par exemple en littérature et en linguistique (métaphores verbales), ou en études visuelles (métaphores picturales). Selon Forceville (2009 : 23), les modes comprennent, au minimum, les éléments suivants : signes picturaux ; signes écrits ; signes parlés ; gestes ; sons ; musique ; odeurs ; goûts ; toucher. Müller (2009 : 299), quant à elle, distingue deux modes : d’une part ce qui est exprimé oralement et perçu, principalement, auditivement comme un son (la modalité orale/aurale), et d’autre part les éléments matériels et les mouvements dans l’espace qui sont essentiellement perçus visuellement (la modalité spatiale/visuelle). Par opposition aux métaphores monomodales, les métaphores multimodales empruntent à différents modes, et sont des métaphores dont la cible et la source sont chacune instanciées exclusivement ou principalement par des modes différents (Forceville 2009 : 24). En d’autres termes, le domaine source et le domaine cible sont issus de modes différents, par exemple le mode visuel et le mode verbal, bien qu’un domaine puisse être présent dans plus d’un mode.

Ces métaphores et métonymies multimodales ont essentiellement été étudiées dans le domaine de la publicité, que ce soit à des fins lucratives, non lucratives, institutionnelles ou promotionnelles (principalement afin de combiner les modes visuel et verbal), le discours politique (principalement avec la combinaison du mode verbal et gestuel (voir Charteris-Black (2004), Müller (2009), Musolff (2016)), et les films (voir Coëgnarts (2012, 2015, 2019)). Ces types de discours pourront évidemment faire l’objet de communications, mais il semble également intéressant d’étudier d’autres types de discours et de médias tels que les bandes dessinées (voir Forceville (2005, 2011)), les dessins animés, les caricatures (voir Górska (2019)), les illustrations éditoriales, les films d’animation (voir Forceville et Jeulink (2011) ; Fahlenbrach (2017) ; Forceville et Paling (2018)), les logos, les bannières publicitaires, les pancartes, les affiches, l’art de rue, les peintures murales, les mèmes, etc. (voir Forceville (2019)), mais aussi la musique. Forceville (2019 : 374) fait d’ailleurs remarquer que dans la plupart des travaux, la réflexion autour des modes qui participent à la métaphore multimodale se limite au mode visuel et au mode écrit-verbal. Les recherches sur la métaphore multimodale – et plus généralement l’analyse multimodale du discours – qui incluent les modes sonore et musical sont encore rares. L’utilisation de la métaphore multimodale et des métonymies dans l’enseignement sera également un domaine de recherche pertinent dans le cadre de ce colloque.

Si le domaine principal de la recherche sur la multimodalité était initialement l’étude des métaphores multimodales, de plus en plus de travaux s’intéressent au rôle des métonymies multimodales. Forceville (2019 : 371) souligne, à juste titre, que nous utilisons des métaphores – mais que nous avons aussi recours à nombre de ressources variées – métonymies, histoires, symbolisme des couleurs… – ce qui se prête à des développements inédits (voir Forceville 2019). Il convient d’étudier non seulement les métaphores et les métonymies multimodales, mais aussi tout trope multimodal (hyperbole, ironie, allégorie, antithèse, oxymore, onomatopée, etc.), en suivant ce que Forceville (2019) appelle la Cognitive Trope Theory (« théorie cognitive des tropes » en français). La dimension multimodale de ces tropes peut être étudiée, ainsi que la combinaison des métaphores et des métonymies multimodales avec les tropes susmentionnés, et qui sont moins fréquemment utilisés.

Dans le prolongement des questions soulevées par Forceville (2019), les questions suivantes peuvent être abordées :

  • Le sens de toute interaction multimodale dépend de l’interaction des différents modes utilisés, mais que signifie réellement « interaction » ? Le terme est-il synonyme de combinaison ? de renforcement ? d’opposition ? Les différentes façons dont les modes peuvent se combiner devront ainsi être étudiées de manière plus approfondie.
  • La question de la migration d’une métaphore ou d’une métonymie d’un mode à un autre ou à une combinaison de modes (voir Roman & Porto (2019)) pourra également être abordée. Comme le mentionne Forceville (2019 : 371), une métaphore donnée peut non seulement se développer au sein d’un support, par exemple un support linguistique ; mais elle est en outre appelée à se transformer et à s’adapter dans une certaine mesure lorsqu’elle migre vers un autre support, possédant ses propres libertés et contraintes, comme les supports visuels, ceux qui se fondent sur des textes écrits et des représentations visuelles, ou la musique. Par conséquent, sur deux supports différents, une métaphore donnée peut à la fois cacher et mettre en évidence différents aspects du domaine source (Lakoff et Johnson 1980 : 10-13) ; la transformation ou l’adaptation d’une métaphore lorsqu’elle migre vers un autre mode tend donc à prouver que l’interaction entre deux modes, voire plus, n’est pas une simple combinaison, et qu’il convient alors de s’y intéresser.
  • Le rôle des indices qui permettent l’interprétation des métaphores et des métonymies multimodales pourra également être étudié, ainsi que le rôle d’autres supports et d’autres traits paralinguistiques.
  • La question du genre et/ou du sous-genre pourra également être abordée, ainsi que la variation à travers le genre et/ou le sous-genre, car elle peut être pertinente pour le sens finalement généré par la combinaison de différents modes. La question des genres et des contextes dans lesquels la multimodalité est plus fréquente pourra également être étudiée : existe-t-il des genres et des contextes spécifiques auxquels la multimodalité se prête particulièrement ?
  • Les tropes multimodaux peuvent-ils être utilisés pour manipuler et tromper les locuteurs ? Quels peuvent être les dangers potentiels ?
  • Des schémas spécifiques peuvent-ils être mis en évidence en fonction du trope utilisé, des domaines conceptuels convoqués, du genre dans lequel la multimodalité opère, etc. ?
  • Enfin, les objectifs, les fonctions et les effets des tropes multimodaux pourront également être approfondis, car ils peuvent déclencher des effets assez différents chez l’auditoire : créativité, humour, critique, persuasion, manipulation, intensification ou sensibilisation, ce qui nous rappelle que le contexte est essentiel pour comprendre le rôle de la multimodalité lorsqu’elle s’applique aux tropes.

La recherche sur la multimodalité est par nature interdisciplinaire, et les chercheuses et chercheurs de diverses disciplines sont invité/es à soumettre leur proposition. Les présentations porteront de préférence sur le discours contemporain (XXIe siècle). Toute langue peut être étudiée tant que l’analyse repose sur un corpus (corpus-based ou corpus-driven) ; la présentation sera donnée en anglais ou en français.

Bibliographie sélective

Charteris-Black, Jonathan. (2004). Corpus approaches to critical metaphor analysis. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Coëgnarts, Maarten & Peter Kravanja. (2012). From thought to modality: A theoretical framework for analysing structural-conceptual metaphor and image metaphor in film. Image [&] Narrative 13 (1). 96–113.

Coëgnarts, Maarten & Peter Kravanja (eds.). (2015). Embodied cognition and cinema. Leuven: Leuven University Press.

Coëgnarts, Maarten. (2019). Analyzing metaphor in film: Some conceptual challenges. In Ignasi Navarro i Ferrando (ed.), Current approaches to metaphor analysis in discourse. Berlin: De Gruyter.

Fahlenbrach, Kathrin (2017). Audiovisual metaphors and metonymies of emotions and depression in moving images. In Francesca Ervas, Elisabetta Gola, and Maria Grazia Rossi (eds.), Metaphor in communication, science and education, 95–117. Berlin: De Gruyter.

Ferrando, I. N. (Ed.). (2019). Current approaches to metaphor analysis in discourse (Vol. 39). Walter de Gruyter GmbH & Co KG.

Forceville, Charles & Eduardo Urios-Aparisi, Multimodal Metaphor, Walter de Gruyter, 2009.

Forceville, C. (2002). The identification of target and source in pictorial metaphors. Journal of pragmatics34(1), 1-14.

Forceville, C. (2008). Metaphor in pictures and multimodal representations. The Cambridge handbook of metaphor and thought, 462-482.

Forceville, Charles. 2005. Visual representations of the Idealized Cognitive Model of anger in the Asterix album La Zizanie. Journal of Pragmatics 37. 69–88.

Forceville, Charles. 2011. Pictorial runes in Tintin and the Picaros. Journal of Pragmatics 43. 875–890.

Forceville, C. (2016). Visual and Multimodal Metaphor in Film. Embodied metaphors in film, television, and video games: Cognitive approaches, 17-32.

Forceville, C. (2019). Developments in multimodal metaphor studies: A response to Górska, Coëgnarts, Porto & Romano, and Muelas-Gil. Current approaches to metaphor analysis in discourse, 367-378.

Forceville, Charles & Marloes Jeulink. (2011). The flesh and blood of embodied understanding: the source-path-goal schema in animation film. Pragmatics & Cognition 19 (1). 37–59.

Forceville, Charles & Sissy Paling. (2018). The metaphorical representation of DEPRESSION in short, wordless animation films. Journal of Visual Communication (published ahead of print 21-9-2018 at http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1470357218797994).

Górska, Elżbieta (2019). Spatialization of abstract concepts in cartoons: A case study of verbo-pictorial image-schematic metaphors. In Ignasi Navarro i Ferrando (ed.), Current approaches to metaphor analysis in discourse, xxx-yyy. Berlin: De Gruyter.

Hidalgo Downing, Laura & Bianca Kraljevic Mujic. (2020). Performing Metaphoric Creativity across Modes and Contexts, John Benjamins Publishing Company.

Kappelhoff, H., & Müller, C. (2011). Embodied meaning construction: Multimodal metaphor and expressive movement in speech, gesture, and feature film. Metaphor and the social world1(2), 121-153.

Kress, Gunther. (2010). Multimodality: A social semiotic approach to contemporary communication. London: Routledge.

Kress, Gunther & Theo van Leeuwen. (2001). Multimodal discourse. London: Arnold.

Kress, Gunther & Theo van Leeuwen. (2006). Reading images: The grammar of visual design. 2nd edn. London: Routledge.

Müller, C., & Cienki, A. (2009). Words, gestures, and beyond: Forms of multimodal metaphor in the use of spoken language. In Multimodal metaphor (pp. 297-328). De Gruyter Mouton.

Musolff, Andreas. (2016). Political metaphor analysis: Discourse and scenarios. London: Bloomsbury.

Sobrino, P. P. (2017). Multimodal metaphor and metonymy in advertising (Vol. 2). John Benjamins Publishing Company.

Zbikowski, L. M. (2009). Music, language, and multimodal metaphor. Multimodal metaphor, 359-381.

Charles Goodwin : l’interaction au carrefour du langage, du corps et de la société

dir. Luca Greco et Lorenza Mondada – Langage et société 2021/2 (N° 173)
https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2021-2.htm
https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100989180

Ce dossier a la spécificité d’être à la fois un hommage à Charles Goodwin, une personnalité incontournable pour les travaux sur l’interaction, la sociolinguistique et l’analyse du discours au sens large du terme et une présentation des recherches les plus innovantes et actuelles sur l’interaction et la multimodalité, développées à partir de son enseignement. Décédé le 31 mars 2018, Charles Goodwin laisse une importante filiation intellectuelle sur la scène internationale, que ce soit aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ce numéro spécial rassemble des réflexions venant de chercheur·es en Allemagne (Arnulf Depperman), en Belgique (Elwys de Stefani), en France (Luca Greco, Christian Licoppe, Nicolas Rollet, Véronique Traverso), en Italie (Sara Merlino), en Suisse (Lorenza Mondada), qui ont une longue pratique de l’analyse multimodale et qui ont développé divers aspects de son travail: la vision professionnelle, la participation, la narration, l’aphasie, les gestes de pointage. Enfin, le dossier accueille un entretien avec Marjorie Harness Goodwin, collègue et épouse de Charles Goodwin.  Page 9 à 23

 Page 25 à 55

 Page 57 à 82

 Page 83 à 113

 Page 115 à 140

 Page 141 à 166

 Page 167 à 179

Séminaire ISGS France #3

Bonjour

Le 3e séminaire du réseau ISGS France aura lieu le 11 juin 2021 de 15h à 17h en ligne.

Nous aurons le plaisir d’accueillir Gaëlle Ferré, professeure des universités, Université de Poitiers, Laboratoire FoReLLIS, pour une intervention dont le titre sera: Liens gestes/parole dans les aphasies fluentes et non-fluentes. Quelques observations préliminaires.

Résumé : Après avoir longtemps travaillé sur les liens qui existent entre la parole et la gestualité dans la parole conversationnelle de personnes ne présentant pas de pathologie particulière, il m’est apparu qu’une recherche impliquant des personnes souffrant d’un trouble du langage pouvait apporter un éclairage nouveau sur les relations entre les gestes et la parole. Ce sera donc l’objet de cette présentation centrée sur la gestualité des personnes aphasiques. Les principales questions de recherche décrites dans cette présentation aborderont dans un premier temps la question des différents types de gestes réalisés par les personnes souffrant d’une aphasie fluente ou non-fluente, et dont la gestualité sera comparée à celle de personnes ne présentant pas d’aphasie. Dans un second temps, nous aborderons la question de l’impact temporel de l’aphasie sur la gestualité, que ce soit dans la durée globale des différents types de gestes ou dans la durée des diverses phases qui les composent. Cette présentation sera également l’occasion de présenter la base de données AphasiaBank, dont a été tiré le corpus en anglais sur lequel repose cette étude, ainsi que la méthodologie retenue et les annotations réalisées pour la comparaison entre les groupes.

Pour vous inscrire afin de recevoir le lien zoom quelques jours avant le séminaire, c’est ici!

https://framaforms.org/isgs-seminaire-3-1621454520

Au plaisir de vous retrouver!

Le corps a-t-il encore sa place dans l’enseignement à distance ?

En dehors de quelques tentatives de retour en présentiel qui restent minoritaires, voilà un an déjà que, dans le contexte universitaire français, nous enseignons à distance. La majorité des enseignants du supérieur, qui ont dû s’y former rapidement, et de manière imparfaite, constatent que les corps en sont affectés. Étudiants et enseignants passent de longues heures assis derrière leurs écrans, se dégourdissant les jambes dans les moments de pause pour aller à la cuisine se faire un café.

Au-delà du besoin d’exercice qui se fait de plus en plus ressentir dans nos corps engourdis, ce sont tous les éléments de la communication habituellement transmis par le corps qui sont bouleversés.

https://images.theconversation.com/files/391769/original/file-20210325-19-1c30rcw.jpg?ixlib=rb-1.1.0&rect=14%2C11%2C1414%2C1066&q=45&auto=format&w=926&fit=clip

Lire la suite ici: https://theconversation.com/le-corps-a-t-il-encore-sa-place-dans-lenseignement-a-distance-157915

ISGS France Séminaire #2

Nous avons le plaisir de vous annoncer le 2e séminaire ISGS (International Society for Gesture Studies) en ligne.
Il aura lieu le 2 avril 2021 de 15h à 17h et offrira l’opportunité  à 1 jeune docteure et 2 doctorantes de présenter leur travail de thèse.
Inscriptions obligatoires pour recevoir le lien de la visioconférence : https://framaforms.org/isgs2-1615829525 Il sera envoyé 2 ou 3 jours avant le séminaire.

A très bientôt

Le réseau ISGS France

PROGRAMME

15h-15h40 : La gestualité co-verbale en interprétation dans les services publics. Analyse contextualisée d’un corpus multimodal

Monika Chwalczuk, Université de Paris, EA 3967 CLILLAC-ARP

Discutant : Geert Brône, KU Leuven

15h40-16h20 : Changer de sourire pour changer de thème conversationnel

Mary Amoyal, Aix-Marseille Université, CNRS, UMR LPL 7309

Discutante : Véronique Traverso, CNRS, UMR ICAR 5191

16h20-17h00 : Le rôle des métaphores verbo-gestuelles dans le raisonnement collectif

Sandra Lagrange-Lanaspre, Université Grenoble Alpes, EA609 Lidilem

Discutant : Jean-Rémi Lapaire, Université Bordeaux Montaigne, EA 4196 Climas  

ISGS France : Séminaire #2 Présentation de travaux de doctorants

Pour son 2e séminaire, le 2 avril de 15h à 17h, le réseau ISGS France offre la possibilité aux doctorant.e.s de présenter leur travail de thèse en cours. Si vous êtes en thèse et que vous souhaitez présenter votre travail (ou une partie de votre travail), merci de nous contacter (manon.lelandais @ sorbonne-nouvelle.fr) avec un titre et quelques lignes de résumé en français.
Lors de ce séminaire, 2 à 4 doctorants présenteront leur recherche pendant 20 à 30 minutes suivies de questions (la durée dépendra du nombre d’intervenants). Dans le cas où nous recevrions plus de 4 propositions, nous nous réserverons le droit d’opérer une sélection.

Merci de vous faire connaitre avant le 6 mars 2021.

Le réseau ISGS France

1er séminaire en ligne ISGS France

Nous sommes heureuses de vous annoncer le tout premier séminaire en ligne du réseau ISGS France. Il se tiendra vendredi 5 février 2021, de 15h à 17h, heure française. Nous rendrons hommage à notre collègue Dominique Boutet lors de cette première séance.

Voici le programme du séminaire ISGS France du 5 février (15h-17h heure française).

Kaleidoscope kinésiologique:Hommage à Dominique Boutet
Prélude (et Variations) – Aliyah Morgenstern
1a) L’approche kinésiologique – Léa Chevrefils
1b) Le projet Typannot – Claire Danet
1c) Formalisation de l’héritage – Claudia S. Bianchini
2) Le projet Lexikhum – Ludovic Saint-Bauzel
3) Mocap et linguistique – Marion Blondel, Coralie Vincent, Chloé Thomas
4) Art et gestualité – Jean-François Jego

Inscription obligatoire
https://urlz.fr/eG0j

Journée ASDIFLE en ligne : Multimodalité et multisupports pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères (8 janvier 2021)

Evènement gratuit mais inscription préalable obligatoire (programme détaillé ci-dessous)

Pour vous inscrire, cliquez ici

Comment le corps coconstruit les discours et le sens

Nous vous annonçons la parution du dernier numéro de la revue TIPA: Comment le corps coconstruit les discours et le sens, coordonné par Brahim Azaoui et Marion Tellier.

Un ensemble d’articles porte sur la place du corps dans la co-construction du sens dans diverses situations d’enseignement-apprentissage d’une langue étrangère. Cet intérêt n’est pas un hasard. En effet, dans le contexte d’une interaction exolingue, les aspects posturo-mimo-gestuels (PMG) prennent une dimension particulière, notamment lorsque le verbal est défaillant (en compréhension comme en production). Les trois premiers articles se focalisent sur la gestuelle des apprenants de langue, leur recours aux ressources PMG lorsqu’ils s’expriment en langue-cible et la façon dont leurs interlocuteurs s’appuient sur ces ressources pour co-construire le sens. Tout d’abord, l’article de Saghie Sharifzadeh et Cédric Sarré sur les processus inférentiels dans l’interaction multimodale en L2, analyse les interactions entre apprenants et montre comment les interactants s’appuient sur les ressources PMG pour mener à bien l’interaction. Dans le même esprit, l’article de Loulou Kosmala explore la manière dont les (dis)fluences peuvent être négociées de manière multimodale lors d’activités collaboratives conjointes en tandem exolingue. La particularité de ce contexte dialogique est que l’un des interactants est apprenant de la langue et l’autre est un locuteur natif qui endosse le rôle d’expert linguistique. Enfin, la contribution de Kang ShinTae s’intéresse au contexte d’apprentissage du français en Corée. L’auteur montre comment l’enseignant, peu ou pas coréanophone, s’appuie sur la gestuelle de ses apprenants coréens pour résoudre des incompréhensions lexicales.

Du côté de l’enseignement des langues, Benjamin Holt propose une analyse du rôle des gestes dans les explications lexicales par visioconférence en montrant comment de futurs enseignants utilisent leur corps grâce à l’usage de la webcam pour véhiculer du sens dans l’enseignement en ligne. Can Denizci et Brahim Azaoui interrogent la notion de geste interactif à l’aune du contexte spécifique de la classe de langue en retenant pour exemples les échanges deux contextes d’enseignement du FLE-S en France et en Turquie.

Si ces cinq premiers articles s’inscrivent dans une perspective influencée principalement par les Gesture studies pour montrer le rôle fondamental des ressources PMG dans l’apprentissage comme dans l’enseignement d’une langue vivante, la contribution proposée par Sandrine Eschenauer relève du paradigme énactif du langage. L’auteure nous invite à réfléchir à l’intégration plus explicite du corps dans le cadre de l’apprentissage des langues vivantes à l’école, notamment à travers une approche artistique de l’enseignement.

Enfin, Isabel Colón de Carvajal, Louis Maritaud, Benoit Chalancon et Justine Lascar s’intéressent aux interactions en contexte médical et donnent à voir une autre forme de discours didactique. À travers une analyse conversationnelle multimodale, les auteurs analysent la manière dont s’organise la transmission d’informations cliniques lors de relèves infirmières.

Alors que nous finalisions l’édition de ce numéro, nous avons appris le décès de notre collègue Dominique Boutet, emporté par la Covid 19. Maitre de conférences HDR à l’université de Rouen, Dominique Boutet était un spécialiste reconnu dans le domaine des études gestuelles et de la langue des signes française. Il avait d’ailleurs fait partie du comité scientifique de ce numéro. Très peinés par cette nouvelle et par la perte qu’elle entraine, tant sur le plan amical que professionnel, nous avons décidé de dédier ce numéro à la mémoire de Dominique Boutet.

Nous avons invité sa collègue et amie, Aliyah Morgenstern, à lui rendre hommage dans un article qui vient clore ce numéro des TIPA.

https://journals.openedition.org/tipa/3453