Parution

Claudia S. Bianchini. 2024. (D)écrire les Langues des Signes: une approche grapholinguistique aux Langues des Signes. Fluxus Edition. ISBN: 978-2-487055-02-5; e-ISBN: 978-2-487055-03-2
http://www.fluxus-editions.fr/gla8.php

RESUME
La plupart des langues ne disposent pas d’un système d’écriture, mais il est toujours possible de les écrire en adaptant un système alphabétique. Seules les Langues des Signes (LS) résistent à cet escamotage : en tant que langues visuo‑gestuelles et corporelles, elles ne sauraient être écrites au moyen de caractères représentant des sons. Même si l’idée que les LS ont besoin d’une forme d’écriture ne fait pas l’unanimité parmi les sourds, des dizaines de tentatives pour coucher les LS sur papier ont vu le jour : certains systèmes, comme SignWriting, visent à devenir une écriture quotidienne des LS ; d’autres, comme Typannot, cherchent à fournir aux linguistes un instrument pour transcrire et décrire le fonctionnement des LS. Ce livre a pour objet de présenter diverses tentatives réalisées pour doter les LS d’une forme d’écriture, en particulier SignWriting et Typannot. En adoptant une approche transdisciplinaire et grapholinguistique, il explore les relations étroites entre les applications concrètes d’un système, ses formes glyphiques et son organisation, les gestes scripturaux et les outils d’écriture manuscrite et numérique à la disposition des scripteurs, ainsi que les exigences de lisibilité et de manipulation des productions écrites. L’objectif est de faire découvrir ces systèmes mais aussi de donner à toute personne tentée par le défi de développer un système d’écriture pour les LS un aperçu des multiples facettes à prendre en compte et des pistes de réflexion permettant d’affronter les problèmes les plus récurrents.

Séminaire ISGS #12

Le 14 juin 2024, de 15h-17h nous accueillerons Aurélie Mariscalchi, ATER à l’INSPE Normandie Rouen-Le Havre, rattachée aux laboratoires DyLis (Univ. Rouen-Normandie) et Lidilem (UGA). Dans le cadre de sa thèse (

2023), Aurélie a cherché à évaluer les effets d’une approche multimodale, le Silent Way (Gattegno, 1976), en se basant sur l’observation d’une enseignante de français intervenant auprès d’un public d’adultes migrants. Les analyses ont de montrer l’engagement de l’enseignante à travers, entre autres, sa posture silencieuse – caractéristique de l’approche Silent Way – qui implique un engagement corporel et énonciatif singulier et a permis d’aboutir à une typologie des fonctions du silence de l’enseignante.Lors de cette intervention, Aurélie nous propose une analyse collective d’extraits de son corpus de thèse. Elle souhaiterait mobiliser le paradigme de l’énaction (Varela et al., 1993) pour mettre en miroir l’engagement des apprenants et les pratiques de l’enseignante via l’analyse de son corpus vidéo.Après avoir présenté son objet d’étude, son cadre théorique et son corpus, Aurélie souhaiterait durant cette data sessiondiscuterdes pistes méthodologiques et théoriques pour entreprendre son analyse, mais aussi obtenir des conseils et un regard extérieur sur son corpus.

Afin de recevoir le lien zoom quelques jours avant le séminaire, c’est ici qu’il faut s’inscrire :

https://framaforms.org/seminaire-isgs-france-14-juin-2024-1716290906

ISGS Séminaire 11 Corrado Bellifemine

Notre prochain séminaire ISGS France aura lieu le 22 septembre 2023, toujours en ligne et toujours de 15h à 17h (heure française) Nous écouterons Corrado Bellifemine (Université Sorbonne Nouvelle).

Les auto-rectifications dans les narrations d’enfants : le rôle des gestes de battement   Chez l’enfant en pleine acquisition du langage, les failles du discours sont assez fréquentes. Ainsi, les rectifications (mono- ou hétérogérées) permettent de modifier et corriger son énoncé, mais elles peuvent aussi être multimodales. Si les gestes référentiels émergent assez tôt chez l’enfant, les gestes de battement (beat gestures) apparaissent plus tard, au fur et à mesure que le jeune locuteur développe ses compétences discursives. Les beats sont connus pour leur fonction de structuration du discours au niveau prosodique et de focalisation de certains segments de l’énoncé. En lien avec ces fonctions, ils pourraient également contribuer aux phénomènes de rectification.    22 enfants francophones âgés de 7 à 10 ans ont été filmés lors d’une tâche de narration. Les auto-rectifications verbales et multimodales ont été relevées et analysées selon leur type (lexical, phonologique, syntaxique). Les gestes ont été codés selon leur nature (beats, gestes référentiels et gestes pragmatiques).    Les résultats montrent que les enfants ont majoritairement recours aux gestes de battement durant les séquences d’auto-rectification, en particulier pour faciliter l’accès lexical et la (re)construction syntaxique de l’énoncé. Ces résultats mettent en lumière une fonction des beats que nous connaissons peu.    

Pour vous inscrire afin de recevoir le lien zoom quelques jours avant le séminaire, c’est ici qu’il faut s’inscrire!https://framaforms.org/isgs-seminaire-11-corrado-bellifemine-1685005952

ISGS Séminaire 10 Clara Lombart

Notre prochain séminaire ISGS France aura lieu le 10/02 en ligne de 15h à 17h. Nous entendrons Clara Lombart (Laboratoire de Langue des Signes de Belgique francophone,Namur Institute of Language, Text and Transmediality)

Titre : Prosodie, structure informationnelle, gestes et signes : étude comparative du français et de la langue des signes de Belgique francophone (LSFB)

Résumé : Le projet de recherche faisant l’objet de cette présentation s’articule autour de la comparaison des langues vocales et des langues des signes. Ces deux ensembles de langues sont régis par une structure informationnelle fonctionnant de manière similaire. Ceci signifie que le statut des informations (par exemple, si elles sont nouvelles ou données) et la façon dont ces dernières sont encodées linguistiquement sont gouvernés par des principes semblables, notamment au niveau prosodique. La prosodie implique, en langues vocales, des variations en lien avec la fréquence fondamentale, la durée et l’intensité. Elle se manifeste, en langues des signes, par des changements dans la manière de réaliser les signes manuels et par la production d’indices non-manuels (effectués par les sourcils, par exemple). Des études récentes sur les langues vocales ont cependant démontré que les gestes des mains, des sourcils, de la tête ou du buste peuvent être employés pour accomplir des fonctions identiques à celles que des indices prosodiques ou peuvent se synchroniser à ces derniers. 

Ces observations suggèrent que les gestes et signes utilisés à des fins prosodiques pour encoder les unités informationnelles font appel aux mêmes articulateurs manuels et non manuels. La question de leur comparaison devient dès lors pertinente, comme en témoignera notre présentation, qui aura pour cadre la comparaison du marquage d’une unité informationnelle spécifique, le focus contrastif, en français et en LSFB (langue des signes de Belgique francophone).

Inscription obligatoire pour recevoir le lien vers le séminaire.

Pour vous inscrire afin de recevoir le lien zoom quelques jours avant le séminaire, c’est ici!

https://framaforms.org/isgs-seminaire-10-clara-lombart-1675154701

Mise en ligne des séminaires ISGS France

Le séminaire d’ISGS France en hommage à Jean-Marc Colletta est enfin en ligne. Les séminaires suivants le seront également prochainement! 

https://amupod.univ-amu.fr/video/24631-isgs-france-seminaire-6-hommage-a-jean-marc-colletta/

Nous vous rappelons que les précédents séminaires sont toujours disponibles:

ISGS séminaire 1 Hommage à Dominique Boutet [5 février 2021]

ISGS France séminaire 2 Présentations doctorales [2 avril 2021]

Monika Chwalczuk, Mary Amoyal, Sandra Lagrange-Lanaspre

ISGS France séminaire 3 [11 juin 2021] Présentation de Gaëlle Ferré

ISGS France Séminaire 4 – Présentation d’Annie Risler [8 octobre 2021]

ISGS France séminaire 5 – Présentation de Guillemette Bolens [11 février 2022]

Séminaire ISGS France #9

Notre prochain séminaire ISGS France aura lieu le 16 décembre 2022, toujours en ligne et toujours de 15h à 17h (heure française).

Le thème sera:  Présentation du projet ANR Dinlang sur les pratiques langagières multimodales dans les diners familiaux en français et en Langue des Signes Française

L’équipe du projet ANR Dinlang sous la responsabilité d’Aliyah Morgenstern (Prismes, Sorbonne Nouvelle), Christophe Parisse (Modyco, Paris-Nanterre), Marion Blondel (SFL, CNRS) et Diane Bedoin (Dylis, Université de Rouen), vous présentera les enjeux, la méthode et quelques-uns des axes scientifiques du projet illustrés par des extraits vidéo. L’objectif du projet est d’analyser comment se transmettent les pratiques langagières en français et en Langue des Signes Française dans les repas familiaux au cours desquels les participants doivent coordonner leurs productions et leurs actions. Quatre partenaires français et leurs équipes récoltent et analysent des diners dans des familles françaises avec des participants sourds et entendants de deux classes d’âge. Ce projet donne lieu à une analyse fine des interactions langagières qui façonnent la vie familiale. Nous ciblons à la fois les variations environnementales, sociales, discursives et sémiotiques en contexte français. Grâce à la collecte de données « écologiques », la plateforme multimodale, le système d’annotations ainsi que les résultats de nos analyses nous souhaitons contribuer à l’enrichissement des méthodes et des modèles théoriques employés pour saisir comment enfants et adultes sourds et entendants utilisent leurs ressources multimodales dans des interactions situées.

 Inscription obligatoire pour recevoir le lien vers le séminaire, ici:

https://framaforms.org/isgs-france-seminaire-9-dinlang-1669110859

Mini-Colloque Faits de Langues

Vendredi 21 octobre dans les locaux de l’université Sorbonne Nouvelle (Site Nation), nous nous sommes réunis autour de la future publication d’un numéro de la revue Faits de Langues sur la gestuelle (coordination Aliyah Morgenstern & Marion Tellier). Les auteurs ont présenté le sujet de leurs futures contributions et discuter des phénomènes étudiés. Parution prévue en 2023.

Aliyah Morgenstern
Béatrice Priego-Valverde et Marion Tellier
Gaëlle Ferré
Fanny Catteau et Claudia Bianchini
Christelle Dodane et Marion Blondel
Brahim Azaoui
Annie Risler
Ben Holt

Séminaire ISGS France #8

Notre prochain séminaire ISGS France aura lieu le 14 octobre 2022, toujours en ligne et toujours de 15h à 17h (heure française). Le thème sera:  Rôle et place du corps dans la classe à l’école primaire et secondaire. Le séminaire sera composé de 2 présentations :

Pauline Beaupoil (INSPE de Paris, CeLiSo):
Analyse multimodale des productions orales dans des séances d’enseignement-apprentissage de l’anglais à l’école maternelle
Marion Tellier (Aix Marseille Univ., LPL):Quelle place accorder au corps dans une classe flexible ? Le point de vue des élèves

Inscription obligatoire pour recevoir le lien vers le séminaire.
N’hésitez pas à faire circuler cette annonce sur vos réseaux!
Marion, pour ISGS France

Pour vous inscrire afin de recevoir le lien zoom quelques jours avant le séminaire, c’est ici ! https://framaforms.org/isgs-france-seminaire-8-corps-dans-la-classe-1663926132

Séminaire ISGS France #7

Notre prochain séminaire ISGS France, le 24 juin 2022, toujours en ligne et toujours de 15h à 17h (heure française) sera dédié à des présentations doctorales

 Léa Chevrefils (Université de Rouen) De l’économie structurelle du mouvement : Analyse formelle d’un corpus de langue des signes française – Discutante : Cornelia Muller (Europa-Universität Viadrina – Frankfurt Oder)

 Anaïs Cauna (Aix Marseille Université, LPL, LPL, Ampiric) L’apport des gestes iconiques dans l’apprentissage du vocabulaire en grande section de maternelle (GSM) – Discutante : Aliyah Morgenstern (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)

Inscription obligatoire pour recevoir le lien avant le séminaire:

https://framaforms.org/isgs-france-seminaire-7-presentations-doctorales-1631518189

Hommage à Jean-Marc Colletta

Notre prochain séminaire en ligne ISGS France sera en hommage à notre regretté collègue Jean-Marc Colletta.

Vendredi 25 mars 2022 – 15h-17h en ligne

Le programme sera diffusé prochainement.
Voici le lien pour vous inscrire au séminaire.
https://framaforms.org/isgs-seminaire-6-hommage-a-jean-marc-colletta-1631518189

N’hésitez pas à relayer ce message sur vos réseaux.

Mise en ligne du séminaire d’Annie Risler

Bonjour

Le séminaire ISGS France du 8 octobre 2021 est désormais en ligne.

https://amupod.univ-amu.fr/video/19282-seminaire-isgs-france-annie-risler-la-part-de-la-gestualite-dans-lexpression-en-langue-des-signes/

Pour ce séminaire, Annie Risler, maitresse de conférences à l’Université de Lille, laboratoire STL a présenté la conférence suivante:

La part de la gestualité dans l’expression en langue des signes

Il est aujourd’hui admis que toute personne qui parle vocalement recourt à plusieurs systèmes de signes qui s’expriment dans des modalité différentes  : la parole articulée (le système linguistique d’une langue vocale particulière), mais également les gestes qu’il produit conjointement .
Mais pour les langues signées, où les mêmes articulateurs sont impliqués dans les deux systèmes, qu’en est-il ? On a alors pu se demander :  est-ce que les signeurs gestuent ? Dans la mesure où les langues signées sont des langues à modalité visuo-gestuelle, y a-t-il encore des gestes ?
Kendon (2008, ‘Gest and Sign’) va montrer que la question est mal posée, car elle soulève de nombreuses autres questions, en particulier de terminologie, car tout dépend de ce qu’on appelle un geste, un signe. Kendon encourage plutôt à se demander : Pourquoi et surtout comment distinguer les gestes qui relèvent de la gestualité, et les gestes dont la trace visible constitue un signifiant linguistique ?

qrcode
Vous pouvez aussi y accéder via ce QR code

Séminaire ISGS France #5

Notre prochain séminaire en ligne aura lieu le

Vendredi 11 février 2022 de 15h à 17h (heure française).
Nous aurons le plaisir d’entendre Guillemette Bolens de l’université de Genève

https://www.unige.ch/lettres/angle/fr/collaborateurs/medieval/bolens/

Comment décrire les gestes ? L’analyse kinésique en art et en littérature

La cognition motrice permet de comprendre les mouvements d’autrui avec une grande efficacité. Nous sommes capables de comprendre la configuration et la dynamique d’un nouveau geste en quelques secondes au point de pouvoir le reproduire avec précision—même si, dans le cas d’un geste lexicalisé, son sens reste inconnu. En revanche, au moment de décrire ce geste verbalement, tout devient plus compliqué et plus lent. Selon le niveau de complexité du geste, il arrive souvent de devoir tout simplement renoncer, alors que son imitation ne posait pas de problème. Ce genre de difficultés pose la question de la relation entre gestes et langage verbal. Pour réfléchir à cette relation complexe, la littérature et le cinéma offrent des pistes intéressantes. Nous prêterons une attention particulière aux gestes du torse (par ex. salut par inclinaison du torse) chez Marcel Proust pour la littérature, Chaplin et Tati pour le cinéma. Nous verrons comment ces différents artistes savent exploiter notre cognition motrice en activant les fondements multimodaux de l’accès au langage verbal.

Lien pour s’inscrire au séminaire (et pour recevoir le lien zoom quelques jours avant) https://framaforms.org/isgs-seminaire-5-1635950324

Appel à communiquer – Les tropes multimodaux dans les discours contemporains

Le Centre d’Études Linguistiques – Corpus, Discours et Sociétés organise un colloque international sur les tropes multimodaux dans les corpus contemporains à l’Université Jean Moulin Lyon 3 les 19, 20 et 21 mai 2022.

La multimodalité est une discipline en plein essor (Forceville, 2019) qui englobe à présent la théorie de la métaphore et de la métonymie conceptuelle (CMMT). Les modes comprennent, au minimum, les éléments suivants : (1) signes picturaux ; (2) signes écrits ; (3) signes parlés ; (4) gestes ; (5) sons ; (6) musique ; (7) odeurs ; (8) goûts ; (9) toucher (Forceville, 2009 : 23). Les métaphores monomodales ont été largement étudiées, ouvrant la voie à la recherche multimodale initialement fondée sur les seules métaphores et métonymies. À l’occasion de cette conférence, d’autres tropes peuvent être étudiés tels que l’hyperbole, l’ironie, l’allégorie, l’oxymore, etc., car nous n’usons pas seulement de métaphores dans la vie quotidienne.

Ainsi, les communications se concentreront sur les sujets suivants (entre autres) : l’interaction des modes, l’interprétation des tropes multimodaux, leurs fonctions et/ou effets et l’identification de modèles.

Tout type de corpus ou de support est le bienvenu (discours politique, films, bandes dessinées, logos, musique, matériel didactique, etc.) tant que l’analyse se fonde sur un corpus et se concentre sur le discours contemporain. Les communications peuvent traiter de toutes les langues et les chercheurs de diverses disciplines sont invités à soumettre leur proposition ici.

Invité d’honneur :
Pr. Charles FORCEVILLE
Université d’Amsterdam

Dates clés :

  • 15 octobre 2021 : date limite de soumission des résumés et des mots-clés (1500-3000 caractères, espaces compris, bibliographie sélectionnée non incluse).
  • Fin novembre 2021 : notification de l’acceptation par le comité scientifique
  • 19-21 mai 2022 : conférence

Appel à communications

Selon Forceville (2019), l’ouverture de la théorie de la métaphore et de la métonymie conceptuelle vers d’autres domaines est une excellente nouvelle pour plusieurs raisons, notamment l’essor de la multimodalité en tant que discipline. Forceville (2009 : 23) définit les métaphores monomodales comme des métaphores dont la cible et la source sont exclusivement ou principalement rendues par le biais d’un seul mode. Ces métaphores monomodales ont été largement étudiées, par exemple en littérature et en linguistique (métaphores verbales), ou en études visuelles (métaphores picturales). Selon Forceville (2009 : 23), les modes comprennent, au minimum, les éléments suivants : signes picturaux ; signes écrits ; signes parlés ; gestes ; sons ; musique ; odeurs ; goûts ; toucher. Müller (2009 : 299), quant à elle, distingue deux modes : d’une part ce qui est exprimé oralement et perçu, principalement, auditivement comme un son (la modalité orale/aurale), et d’autre part les éléments matériels et les mouvements dans l’espace qui sont essentiellement perçus visuellement (la modalité spatiale/visuelle). Par opposition aux métaphores monomodales, les métaphores multimodales empruntent à différents modes, et sont des métaphores dont la cible et la source sont chacune instanciées exclusivement ou principalement par des modes différents (Forceville 2009 : 24). En d’autres termes, le domaine source et le domaine cible sont issus de modes différents, par exemple le mode visuel et le mode verbal, bien qu’un domaine puisse être présent dans plus d’un mode.

Ces métaphores et métonymies multimodales ont essentiellement été étudiées dans le domaine de la publicité, que ce soit à des fins lucratives, non lucratives, institutionnelles ou promotionnelles (principalement afin de combiner les modes visuel et verbal), le discours politique (principalement avec la combinaison du mode verbal et gestuel (voir Charteris-Black (2004), Müller (2009), Musolff (2016)), et les films (voir Coëgnarts (2012, 2015, 2019)). Ces types de discours pourront évidemment faire l’objet de communications, mais il semble également intéressant d’étudier d’autres types de discours et de médias tels que les bandes dessinées (voir Forceville (2005, 2011)), les dessins animés, les caricatures (voir Górska (2019)), les illustrations éditoriales, les films d’animation (voir Forceville et Jeulink (2011) ; Fahlenbrach (2017) ; Forceville et Paling (2018)), les logos, les bannières publicitaires, les pancartes, les affiches, l’art de rue, les peintures murales, les mèmes, etc. (voir Forceville (2019)), mais aussi la musique. Forceville (2019 : 374) fait d’ailleurs remarquer que dans la plupart des travaux, la réflexion autour des modes qui participent à la métaphore multimodale se limite au mode visuel et au mode écrit-verbal. Les recherches sur la métaphore multimodale – et plus généralement l’analyse multimodale du discours – qui incluent les modes sonore et musical sont encore rares. L’utilisation de la métaphore multimodale et des métonymies dans l’enseignement sera également un domaine de recherche pertinent dans le cadre de ce colloque.

Si le domaine principal de la recherche sur la multimodalité était initialement l’étude des métaphores multimodales, de plus en plus de travaux s’intéressent au rôle des métonymies multimodales. Forceville (2019 : 371) souligne, à juste titre, que nous utilisons des métaphores – mais que nous avons aussi recours à nombre de ressources variées – métonymies, histoires, symbolisme des couleurs… – ce qui se prête à des développements inédits (voir Forceville 2019). Il convient d’étudier non seulement les métaphores et les métonymies multimodales, mais aussi tout trope multimodal (hyperbole, ironie, allégorie, antithèse, oxymore, onomatopée, etc.), en suivant ce que Forceville (2019) appelle la Cognitive Trope Theory (« théorie cognitive des tropes » en français). La dimension multimodale de ces tropes peut être étudiée, ainsi que la combinaison des métaphores et des métonymies multimodales avec les tropes susmentionnés, et qui sont moins fréquemment utilisés.

Dans le prolongement des questions soulevées par Forceville (2019), les questions suivantes peuvent être abordées :

  • Le sens de toute interaction multimodale dépend de l’interaction des différents modes utilisés, mais que signifie réellement « interaction » ? Le terme est-il synonyme de combinaison ? de renforcement ? d’opposition ? Les différentes façons dont les modes peuvent se combiner devront ainsi être étudiées de manière plus approfondie.
  • La question de la migration d’une métaphore ou d’une métonymie d’un mode à un autre ou à une combinaison de modes (voir Roman & Porto (2019)) pourra également être abordée. Comme le mentionne Forceville (2019 : 371), une métaphore donnée peut non seulement se développer au sein d’un support, par exemple un support linguistique ; mais elle est en outre appelée à se transformer et à s’adapter dans une certaine mesure lorsqu’elle migre vers un autre support, possédant ses propres libertés et contraintes, comme les supports visuels, ceux qui se fondent sur des textes écrits et des représentations visuelles, ou la musique. Par conséquent, sur deux supports différents, une métaphore donnée peut à la fois cacher et mettre en évidence différents aspects du domaine source (Lakoff et Johnson 1980 : 10-13) ; la transformation ou l’adaptation d’une métaphore lorsqu’elle migre vers un autre mode tend donc à prouver que l’interaction entre deux modes, voire plus, n’est pas une simple combinaison, et qu’il convient alors de s’y intéresser.
  • Le rôle des indices qui permettent l’interprétation des métaphores et des métonymies multimodales pourra également être étudié, ainsi que le rôle d’autres supports et d’autres traits paralinguistiques.
  • La question du genre et/ou du sous-genre pourra également être abordée, ainsi que la variation à travers le genre et/ou le sous-genre, car elle peut être pertinente pour le sens finalement généré par la combinaison de différents modes. La question des genres et des contextes dans lesquels la multimodalité est plus fréquente pourra également être étudiée : existe-t-il des genres et des contextes spécifiques auxquels la multimodalité se prête particulièrement ?
  • Les tropes multimodaux peuvent-ils être utilisés pour manipuler et tromper les locuteurs ? Quels peuvent être les dangers potentiels ?
  • Des schémas spécifiques peuvent-ils être mis en évidence en fonction du trope utilisé, des domaines conceptuels convoqués, du genre dans lequel la multimodalité opère, etc. ?
  • Enfin, les objectifs, les fonctions et les effets des tropes multimodaux pourront également être approfondis, car ils peuvent déclencher des effets assez différents chez l’auditoire : créativité, humour, critique, persuasion, manipulation, intensification ou sensibilisation, ce qui nous rappelle que le contexte est essentiel pour comprendre le rôle de la multimodalité lorsqu’elle s’applique aux tropes.

La recherche sur la multimodalité est par nature interdisciplinaire, et les chercheuses et chercheurs de diverses disciplines sont invité/es à soumettre leur proposition. Les présentations porteront de préférence sur le discours contemporain (XXIe siècle). Toute langue peut être étudiée tant que l’analyse repose sur un corpus (corpus-based ou corpus-driven) ; la présentation sera donnée en anglais ou en français.

Bibliographie sélective

Charteris-Black, Jonathan. (2004). Corpus approaches to critical metaphor analysis. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Coëgnarts, Maarten & Peter Kravanja. (2012). From thought to modality: A theoretical framework for analysing structural-conceptual metaphor and image metaphor in film. Image [&] Narrative 13 (1). 96–113.

Coëgnarts, Maarten & Peter Kravanja (eds.). (2015). Embodied cognition and cinema. Leuven: Leuven University Press.

Coëgnarts, Maarten. (2019). Analyzing metaphor in film: Some conceptual challenges. In Ignasi Navarro i Ferrando (ed.), Current approaches to metaphor analysis in discourse. Berlin: De Gruyter.

Fahlenbrach, Kathrin (2017). Audiovisual metaphors and metonymies of emotions and depression in moving images. In Francesca Ervas, Elisabetta Gola, and Maria Grazia Rossi (eds.), Metaphor in communication, science and education, 95–117. Berlin: De Gruyter.

Ferrando, I. N. (Ed.). (2019). Current approaches to metaphor analysis in discourse (Vol. 39). Walter de Gruyter GmbH & Co KG.

Forceville, Charles & Eduardo Urios-Aparisi, Multimodal Metaphor, Walter de Gruyter, 2009.

Forceville, C. (2002). The identification of target and source in pictorial metaphors. Journal of pragmatics34(1), 1-14.

Forceville, C. (2008). Metaphor in pictures and multimodal representations. The Cambridge handbook of metaphor and thought, 462-482.

Forceville, Charles. 2005. Visual representations of the Idealized Cognitive Model of anger in the Asterix album La Zizanie. Journal of Pragmatics 37. 69–88.

Forceville, Charles. 2011. Pictorial runes in Tintin and the Picaros. Journal of Pragmatics 43. 875–890.

Forceville, C. (2016). Visual and Multimodal Metaphor in Film. Embodied metaphors in film, television, and video games: Cognitive approaches, 17-32.

Forceville, C. (2019). Developments in multimodal metaphor studies: A response to Górska, Coëgnarts, Porto & Romano, and Muelas-Gil. Current approaches to metaphor analysis in discourse, 367-378.

Forceville, Charles & Marloes Jeulink. (2011). The flesh and blood of embodied understanding: the source-path-goal schema in animation film. Pragmatics & Cognition 19 (1). 37–59.

Forceville, Charles & Sissy Paling. (2018). The metaphorical representation of DEPRESSION in short, wordless animation films. Journal of Visual Communication (published ahead of print 21-9-2018 at http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1470357218797994).

Górska, Elżbieta (2019). Spatialization of abstract concepts in cartoons: A case study of verbo-pictorial image-schematic metaphors. In Ignasi Navarro i Ferrando (ed.), Current approaches to metaphor analysis in discourse, xxx-yyy. Berlin: De Gruyter.

Hidalgo Downing, Laura & Bianca Kraljevic Mujic. (2020). Performing Metaphoric Creativity across Modes and Contexts, John Benjamins Publishing Company.

Kappelhoff, H., & Müller, C. (2011). Embodied meaning construction: Multimodal metaphor and expressive movement in speech, gesture, and feature film. Metaphor and the social world1(2), 121-153.

Kress, Gunther. (2010). Multimodality: A social semiotic approach to contemporary communication. London: Routledge.

Kress, Gunther & Theo van Leeuwen. (2001). Multimodal discourse. London: Arnold.

Kress, Gunther & Theo van Leeuwen. (2006). Reading images: The grammar of visual design. 2nd edn. London: Routledge.

Müller, C., & Cienki, A. (2009). Words, gestures, and beyond: Forms of multimodal metaphor in the use of spoken language. In Multimodal metaphor (pp. 297-328). De Gruyter Mouton.

Musolff, Andreas. (2016). Political metaphor analysis: Discourse and scenarios. London: Bloomsbury.

Sobrino, P. P. (2017). Multimodal metaphor and metonymy in advertising (Vol. 2). John Benjamins Publishing Company.

Zbikowski, L. M. (2009). Music, language, and multimodal metaphor. Multimodal metaphor, 359-381.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search